Esclaves de New York

Esclaves de New York  La petite Eleanor, provinciale montée à New York, fabrique des chapeaux extravagants et rêve d’être reconnue comme artiste. Son petit copain Stash, peintre d’avant-garde sur le point d’être révélé, la délaisse pour s’occuper de sa carrière. Complexée, Eleanor décide de se débrouiller toute seule. Elle se met à fréquenter les soirées, les cocktails, les parties. Elle se dérobe aux propositions d’un peintre qui veut la faire poser nue et, traçant une grande croix sur Stash qui la trompe, elle rencontre un couturier d’avant-garde qui flashe sur ses chapeaux et lui demande de participer à sa nouvelle collection. Happy end. Ce tableau satirique d’un Greenwich Village branché, à travers le canevas classique « petite provinciale à la capitale », surprend de la part de James Ivory, habitué à la haute société de Boston dans les années 1900 ou au charme désuet des maharajahs indiens. Un petit monde observé avec un humour pince-sans-rire, sur un rythme allègre.

Chien de flic

Comment renouveler le genre très rentable au box-office de film de copains flics, sinon en remplaçant l’un des deux policiers par un auxiliaire animal. Ici, John Belushi a trouvé plus cabot et meilleur comédien que lui, un chien policier ! Belushi, qui vient d’échapper à une tentative d’assassinat et qui soupçonne des trafiquants de drogue, s’adjoint la collaboration du berger allemand K9, entraîné à flairer la drogue. Mais l’animal sent mauvais (ça c’est un vieux fantasme américain !) et est envahissant (il faut le voir se glisser sous les draps du flic en train de batifoler avec une demoiselle). Au début, c’est pas le grand amour entre les nouveaux partenaires, mais la confrontation au danger aidant, l’homme et le chien vont se sentir indispensables l’un à l’autre, inséparables… L’histoire a un petit arrière-goût de connu. Rod Daniel (à qui l’on devait déjà « Teenwolf ») s’offre ici une comédie qui ne manque pas de surprises, qu’on aurait aimé plus délirante, mais qui emporte le morceau en mêlant habilement tendresse et action.

Leave a Comment