Double detente

Double detente Schwarzy chez les Soviets… mais dans l’URSS de la glasnost ! Puisque « Double détente » a été le premier tournage. de film purement américain a être autorisé sur le sol soviétique. Superflic made in Moscou, Schwarzenegger vient prêter main forte à un supercop made in Chicago. Mais leurs mentalités et leurs méthodes sont très différentes. Alors que le Russe est tout en sérieux et en mâchoires serrées, l’Américain fait dans le baba-cool et la décontraction. Mais, face à un gros bonnet du trafic de drogue international, ils oublient leurs différences et apprennent à… cohabiter. Pour son nouveau couple de flics, « d’abord hostiles puis copains », pas comme les autres, après «48 heures », Walter Hill n’a pas perdu la main. La manière dont Walter Hill et ses deux flics fourrent tous les corrompus dans le même panier pour mieux les mettre hors d’état de nuire peut déranger. Mais, au-delà de toute idéologie, le thriller d’action ne peut qu’enchanter. Walter Hill a un sacré punch. Mais il sait également avoir de l’humour. Et le bel Arnold s’amuse comme un gamin qui découvrirait soudain le maniement d’un revolver.

Leave a Comment